Profils énergétiques des provinces et territoires – Yukon

Yukon

Contactez nous

Commentaires, questions, ou suggestions peuvent être envoyés à l’adresse :
energy-energie@rec-cer.gc.ca

Table des matières

  • Figure 1 : Production d’hydrocarbures

    Figure 1 : Production d’hydrocarbures

    Source et description :

    Source :
    Régie – Avenir énergétique du Canada en 2021

    Description :
    Ce graphique illustre la production d’hydrocarbures au Yukon de 2010 à 2020. Au cours de cette période, la production de gaz naturel a diminué, passant de 1.2 kb/j à zéro depuis 2012.

  • Figure 2 : Production d’électricité selon le type de combustible (2019)

    Figure 2 : Production d’électricité selon le type de combustible (2019)

    Source et description :

    Source :
    Régie – Avenir énergétique du Canada en 2021

    Description :
    Ce diagramme circulaire illustre la production d’électricité au Yukon par méthode de production. En 2019, la production totale d’électricité s’est élevée à 0,47 TWh.

  • Figure 3 : Carte des infrastructures du gaz naturel

    Figure 3 : Carte des infrastructures du gaz naturel

    Source et description :

    Source :
    Régie

    Description :
    Cette carte montre tous les principaux gazoducs au Yukon.

    Télécharger :
    Version PDF [515 ko]

  • Figure 4 : Demande pour utilisation finale selon le secteur (2019)

    Figure 4 : Demande pour utilisation finale selon le secteur (2019)

    Source et description :

    Source :
    Régie – Avenir énergétique du Canada en 2021

    Description :
    Ce diagramme circulaire présente la demande d’énergie pour utilisation finale au Yukon par secteur. En 2018, la demande d’énergie pour utilisation finale a totalisé 8,3 PJ. Les transports viennent au premier rang avec 65 % de la demande totale, suivis du secteur commercial (13 %), puis des secteurs industriel (12 %) et résidentiel (9 %).

  • Figure 5 : Demande pour utilisation finale selon le combustible (2019)

    Figure 5 : Demande pour utilisation finale selon le combustible (2019)

    Source et description :

    Source :
    Régie – Avenir énergétique du Canada en 2021

    Description :
    Cette figure illustre la demande pour utilisation finale par type de combustible au Yukon en 2018. Les produits pétroliers raffinés ont compté pour 6,5 PJ (79 %) de la demande, suivis de l’électricité, à 1,5 PJ (18 %) et du gaz natural, à 0,2 PJ (2 %), les biocarburants et les autres combustibles n’étant nullement présents (0 PJ).
    Remarque : Les autres combustibles comprennent le charbon, le coke et le gaz de cokerie.

  • Figure 6 : Émissions de GES par secteur

    Figure 6 : Émissions de GES par secteur

    Source et description :

    Source :
    Environnement et Changement climatique Canada – Rapport d'inventaire national

    Description :
    Ce graphique à colonnes empilées illustre les émissions de GES au Yukon par tranches de cinq ans, de 1990 à 2020 en Mt d’éq. CO2. Les émissions totales de GES ont augmenté au Yukon, passant de 0,55 Mt d’éq. CO2 en 1990 à 0,60 Mt en 2020.

  • Figure 7 : Intensité des émissions découlant de la production d’électricité

    Figure 7 : Intensité des émissions découlant de la production d’électricité

    Source et description :

    Source :
    Environnement et Changement climatique Canada – Rapport d'inventaire national

    Description :
    Ce graphique à colonnes montre l’intensité des émissions découlant de la production d’électricité au Yukon de 1990 à 2020. En 1990, l’électricité produite au Yukon a émis 190 g d’éq. CO2 par kWh. En 2020, l’intensité des émissions avait diminué à 100 g d’éq. CO2 par kWh.

Production énergétique

Pétrole brut

  • Le Yukon ne produit pas de pétrole brut commercial.
  • Bien que l’on ait découvert huit bassins sédimentaires au Yukon ayant un potentiel de 900 millions de barils de pétrole brut, il n’y a jamais eu de véritable production. Soixante-seize puits ont été forés dans cinq des huit bassins. La plupart d’entre eux ont été forés dans les années 1960 et 1970. Les plus récents ont été forés dans le bassin Eagle Plain en 2012-2013.
  • En décembre 2016, le gouvernement fédéral a annoncé qu’il serait interdit, indéfiniment, de délivrer tout nouveau permis d’exploration pétrolière et gazière dans les eaux de l’Arctique canadien, incluant les eaux fédérales au large des côtes du Yukon, et que la situation serait analysée tous les cinq ans. Le premier examen quinquennal devait avoir lieu en 2021, mais le travail d’examen scientifique a été reporté à 2022. Le gouvernement fédéral, l’Inuvialuit Regional Corporation, Nunavut Tunngavik Incorporated et les gouvernements du Yukon, des Territoires du Nord-Ouest et du Nunavut élaborent des évaluations qui seront examinées en 2022.
  • En 2019, le gouvernement a pris un décret, venant à échéance à la fin de 2021, interdisant toute activité pétrolière et gazière dans les eaux extracôtières de l’Arctique canadien, y compris les activités visées par les permis déjà délivrés. Ce décret a été modifié le 21 décembre 2021 pour le prolonger jusqu’au 31 décembre 2022, afin de pouvoir prendre en compte les examens scientifiques. Toujours en 2019, le gouvernement a annoncé qu’il gelait les modalités des permis existants dans les zones extracôtières de l’Arctique afin de préserver les droits existants.
  • Le gouvernement fédéral a retourné 430 millions de dollars (en anglais) en dépôts de garantie aux sociétés pétrolières et gazières qui détenaient déjà des permis. Après le 31 décembre 2022, les détenteurs de permis d’exploitation dans les zones extracôtières pourront soit payer à nouveau le dépôt requis, soit remettre leur permis.
  • Les gouvernements du Nunavut, des Territoires du Nord-Ouest, du Yukon, du Canada et des communautés autochtones du Nord poursuivent les discussions concernant l’examen.

Produits pétroliers raffinés

  • Il n’y a aucune raffinerie au Yukon.

Gaz naturel et liquides de gaz naturel

  • Le Yukon ne produit actuellement ni gaz naturel ni liquides de gaz naturel (« LGN »).
  • De petites quantités de gaz naturel ont été produites dans le champ de Kotaneelee dans le Sud-Est du Yukon jusqu’en 2012, année où la production a cessé pour des raisons économiques (figure 1).
  • Le potentiel total des ressources de gaz naturel récupérable de qualité commerciale du Yukon est estimé à 10 mille milliards de pieds cubes.

Électricité

  • En 2019, le Yukon a produit 0,47 térawattheure (« TWh ») d’électricité (figure 2), soit environ 0,07 % de la production totale d’électricité au Canada. La capacité de production du Yukon est estimée à 136 mégawatts (« MW »).
  • La société d’État Énergie Yukon (en anglais) est le principal producteur et émetteur d’électricité au Yukon. Elle la vend également en gros à ATCO Electric Yukon, qui la distribue ensuite à la plupart des Yukonnais.
  • ATCO Electric Yukon (en anglais), une société privée, contribue aussi à la production d’électricité. En plus de distribuer l’électricité aux clients, elle possède et exploite la centrale hydroélectrique Fish Lake près de Whitehorse dont la capacité est de 1,3 MW, elle produit de l’électricité à partir du diesel dans cinq collectivités qui ne sont pas raccordées au réseau territorial, et elle exploite six installations d’urgence au diesel sur le territoire.
  • Le Yukon produit l’essentiel de son électricité au moyen de ressources hydroélectriques. En 2019, l’hydroélectricité représentait 80 % de sa production totale. Le Yukon compte quatre centrales hydroélectriques d’une capacité totale de 95 MW. La plus grande est la centrale hydroélectrique de Whitehorse (en anglais), qui peut produire 40 MW d’électricité l’été et 25 MW l’hiver, quand le débit d’eau est limité.
  • Il faut recourir au diesel et au gaz naturel pour produire de l’électricité en période de pointe. Le Yukon utilisait principalement du diesel, mais la baisse du prix du gaz naturel liquéfié (« GNL ») au cours des dernières années a rendu les investissements dans ces installations plus intéressants. Une centrale électrique au GNL comptant deux unités d’une capacité totale de 8,8 MW est entrée en service à Whitehorse en 2015. Une troisième unité a été installée en 2018.
  • Les deux éoliennes du Yukon installées à Haeckel Hill, près de Whitehorse, en 1993 et en 2000, ne sont plus en service. Un nouveau projet éolien de 4,0 MW est en développement à Haeckel Hill.
  • Un réseau solaire de 0,9 MW avec batterie (en anglais) est actuellement en service dans la collectivité d’Old Crow, qui est uniquement accessible par les airs. De nouveaux projets d’énergie solaire ont été proposés, notamment un parc solaire de 2,9 MW pour la collectivité hors réseau de Watson Lake et un projet de 1 MW près de Whitehorse.
Haut de la page

Transport et commerce des produits énergétiques

Pétrole brut et liquides

  • Il n’y a pas d’oléoducs ni d’installations de transport ferroviaire de pétrole brut au Yukon.
  • Le pipeline Canol 1 a été construit pour transporter du pétrole brut de Norman Wells, dans les Territoires du Nord-Ouest, à une raffinerie située à Whitehorse, durant la Seconde Guerre mondiale. Le pipeline a été aménagé par l’armée américaine et a été utilisé pendant moins de deux ans avant d’être retiré. Trois autres pipelines transportant du pétrole brut et d’autres produits ont été construits dans le cadre du projet Canol pour relier Whitehorse aux villes de Skagway et Fairbanks, en Alaska.

Gaz naturel

  • Le pipeline Westcoast d’Enbridge (B.C. Pipeline) prend son origine dans la partie sud-ouest des Territoires du Nord-Ouest et relie le champ Kotaneelee dans le Sud-Est du Yukon à l’usine de traitement du gaz de Fort Nelson, en Colombie-Britannique (figure 3). Ce tronçon du pipeline n’est actuellement pas en exploitation. Cette section de pipeline est reliée aux pipelines de collecte de gaz de NorthRiver Midstream (en anglais) dans le nord-est de la Colombie-Britannique.

Gaz naturel liquéfié

  • Whitehorse reçoit du GNL par camion des installations d’Elmworth, en Alberta (Ferus Natural Gas Fuels) et de Dawson Creek, en Colombie-Britannique (Campus Energy). Ce GNL est stocké et sert à alimenter la centrale de production d’électricité d’Énergie Yukon (en anglais) à Whitehorse.
  • Il n’y a aucune installation de GNL de grande envergure proposée au Yukon.

Électricité

  • Le réseau intégré du Yukon est le principal réseau électrique du territoire. Il comprend plus de 900 km de lignes électriques qui raccordent la plus grande partie du territoire aux principales centrales hydroélectriques, au diesel et au GNL. Cinq collectivités ne sont pas reliées au réseau électrique et produisent leur électricité localement à partir de diesel.
  • Énergie Yukon possède et exploite l’essentiel de l’infrastructure de transport d’électricité et dessert elle-même 2 200 clients. ATCO Electric Yukon, pour sa part, alimente en électricité 19 000 clients établis dans 19 collectivités.
  • En raison des grandes distances qui séparent les installations de production des provinces voisines, il n’y a pas de lignes de transport permettant les échanges d’électricité entre eux.
  • En 2019, le gouvernement du Canada s’est engagé à investir 16,5 millions de dollars dans le projet de construction d’un système de stockage par batterie (en anglais) d’Énergie Yukon à Whitehorse. La batterie de 7 MW/40 mégawattheures (« MWh ») devrait être installée et en service d’ici la fin de 2022 et sera alors la plus grosse batterie (en anglais) raccordée à un réseau électrique dans le Nord du Canada.
  • Le programme de microgénération du Yukon offre aux clients résidentiels et commerciaux des incitatifs pour produire de l’électricité à partir de ressources renouvelables et de vendre l’électricité excédentaire au réseau. À la fin de 2021, on comptait 510 microgénératrices solaires raccordées au réseau ayant une capacité totale de 6 MW.
  • La stratégie « Notre avenir propre » du Yukon pour 2020 vise notamment à remplacer 1 300 systèmes résidentiels de chauffage aux combustibles fossiles par des systèmes électriques intelligents et à appuyer l’installation de 20 systèmes de chauffage commerciaux et institutionnels à la biomasse d’ici 2030.
  • La Régie des entreprises de service public du Yukon (en anglais) réglemente le secteur de l’électricité, soit les deux sociétés de service public en activité sur le territoire : Énergie Yukon et ATCO Electric Yukon.
Haut de la page

Consommation d’énergie et émissions de gaz à effet de serre

Consommation totale d’énergie

  • En 2019, la demande d’énergie pour utilisation finale du Yukon a totalisé 8,7 pétajoules (« PJ »). Les transports viennent au premier rang pour la demande d’énergie (65 % de la demande totale), suivis du secteur industriel (14 %), du secteur commercial (12 %) et du secteur résidentiel (9 %) (figure 4). La demande totale d’énergie du Yukon est la deuxième plus faible au Canada, et la consommation par habitant, la quatrième moins élevée au pays.
  • Les produits pétroliers raffinés, y compris l’essence, le diesel et le carburant d’aviation, sont les combustibles les plus utilisés au Yukon, avec une consommation de 6,9 PJ, ou 80 % de la demande pour utilisation finale totale. Suivent l’électricité et le gaz naturel avec 1,5 PJ (18 %) et 0,2 PJ (2 %), respectivement (figure 5).

Produits pétroliers raffinés

  • Les données relatives à la demande de produits pétroliers raffinés au Yukon ne sont pas disponibles pour 2019.
  • Le Yukon est un des plus petits marchés au Canada pour les produits pétroliers raffinés. Le diesel compte pour une majorité des produits pétroliers raffinés consommés au Yukon. Une part considérable de la demande de diesel sert à la production d’électricité et au chauffage dans les collectivités qui ne sont pas raccordées au réseau électrique, et lorsque la production hydroélectrique est insuffisante pour répondre à la demande des localités qui sont reliées au réseau territorial.
  • Presque tous les produits pétroliers raffinés consommés au Yukon sont produits en Alberta ou en Colombie-Britannique et de petites quantités sont parfois importées de l’Alaska.

Gaz naturel

  • Le gaz naturel (stocké en GNL) est utilisé à la centrale d’Énergie Yukon à Whitehorse pour produire de l’électricité en période de pointe durant l’hiver ou comme source d’énergie d’appoint en cas d’interruption de la production hydroélectrique.

Électricité

  • En 2019, la consommation d’électricité par habitant au Yukon s’est établie à 10,2 Mwh. Le Yukon arrive au dixième rang au Canada pour la consommation d’électricité par habitant, qui est 32 % sous la moyenne nationale.
  • Au Yukon, c’est le secteur commercial qui a enregistré la plus forte consommation d’électricité en 2019 avec 0,20 TWh. Les secteurs résidentiel et industriel ont consommé 0,18 TWh et 0,04 TWh, respectivement.
  • Le Yukon a les prix de l’électricité les plus bas des territoires en raison de son infrastructure hydroélectrique. Ses tarifs résidentiels sont d’environ 12 cents le kilowattheure (« kWh ») pour la première tranche de 1 000 kWh d’électricité consommée, mais ils varient d’une collectivité à une autre et d’un client à un autre.
  • L’exploitation minière joue un rôle déterminant dans la demande énergétique au Yukon et l’ouverture ou la fermeture de mines peut avoir une incidence énorme sur la consommation d’électricité.

Émissions de gaz à effet de serre

  • En 2020, les émissions de GES du Yukon ont totalisé 601 000 tonnes d’équivalent en dioxyde de carbone (« éq. CO2 »)Note de bas de page 1. Les émissions du Yukon ont augmenté de 9 % depuis 1990, et de 6 % depuis 2005.
  • Les émissions de GES par habitant du Yukon se sont élevées à 14,2 tonnes d’éq. CO2, soit 19 % sous la moyenne nationale de 19,4 tonnes par habitant.
  • Les secteurs qui émettent le plus de GES au Yukon sont les transports, à 68 %, la production d’électricité, à 9 %, et l’industrie et le secteur manufacturier, à 9 % (figure 6).
  • Le Yukon n’avait aucune production pétrolière et gazière en 2020, donc aucune émission de GES associée à ce secteur.
  • En 2020, le secteur de l’énergie de la province a émis 54 kilotonnes d’éq. CO2, soit une très petite fraction des émissions totales de GES du Canada provenant de la production d’électricité.
  • L’intensité des GES du réseau électrique du Yukon, mesurée en fonction des GES émis dans la production d’électricité du territoire, était de 100 grammes d’équivalent de dioxyde de carbone par kilowattheure (« g d’éq. CO2 par kWh ») d’électricité produite en 2020. Il s’agit d’une hausse de 56 % par rapport au niveau de 64 g d’éq. CO2 par kWh de 2005. La moyenne nationale en 2020 était de 110 g d’éq. CO2 par kWh (figure 7).
Haut de la page

Complément d’information

Sources de données

Les profils énergétiques des provinces et territoires s’harmonisent avec les plus récents ensembles de données d’Avenir énergétique du Canada en 2021 de la Régie. Les concepteurs d’Avenir énergétique puisent dans diverses sources de données en se basant d’abord généralement sur celles de Statistique Canada, et apportent ensuite des ajustements pour assurer la cohérence entre les provinces et territoires.

Date de modification :