Aperçu du marché : Des quelque 1 million de barils par jour de réduction de l’approvisionnement en pétrole dans l’Ouest canadien à la mi-mai, environ 700 milliers ont été retrouvés

Contactez nous

Fil RSS – Information sur l’énergie

Commentaires, questions ou suggestions portant sur les aperçus du marché peuvent être envoyés à l’adresse apercus@rec-cer.gc.ca.

Date de diffusion : 2020-10-21

En juin, la Régie indiquait que les producteurs de pétrole avaient réduit l’approvisionnement en pétrole de l’Ouest canadien de 972 milliers de barils par jour (« kb/j ») au milieu de mai 2020. Cela s’expliquait par les bas prix records du pétrole causés par la chute de la demande consécutive à la pandémie de la COVID-19 et la hausse de production des pays de l’OPEP+. Depuis, les prix du pétrole se sont raffermis, et la production de 700  kb/j a repris, laissant encore 270 kb/j à retrouver.

La figure 1 illustre les variations implicites de l’approvisionnement en pétrole de l’Ouest canadien, à partir des fluctuations dans les exportations de brut par chemin de fer, les exportations par pipeline, la production des raffineries et les injections et retraits hebdomadaires des stocksNote de bas de page 1. Au milieu de mai 2020, la réduction des producteurs de pétrole de l’Ouest canadien sur les marchés atteignait presque 1 million de barils par jour (« Mb/j »)Note de bas de page 2.

Figure 1. Réductions implicites de l’approvisionnement dans le BSOC et variation depuis la fin de févrierNote de bas de page 3

Source et description

Source : Genscape (chargements de brut par chemin de fer, exportations par pipeline et stocks) et la Régie (production des raffineries)

Description : Cette figure illustre l’évolution des exportations de brut par chemin de fer, des exportations par pipeline, de la production des raffineries et des retraits ou injections des stocks. Elle révèle que de mars à la mi-mai 2020, la baisse des exportations, de la production des raffineries, des injections de stocks et des réductions implicites de l’approvisionnement s’est chiffrée à presque 1 Mb/j. Depuis, la reprise de l’injection dans les stocks et des exportations a totalisé quelque 700 kb/j.

À l’été 2020, les membres de l’OPEP+ ont coordonné leurs réductions de production [en anglais] et d’autres producteurs dans le monde, notamment aux États-Unis, ont aussi réduit leur production. Pendant ce temps, la demande de pétrole brut a augmenté au Canada et dans le monde [en anglais], ce qui a fait remonter les prix du pétrole Western Canadian Select jusqu’à environ 30 $ US le baril [en anglais]. Ce prix surpasse les coûts d’exploitation de nombreux producteurs de pétrole de l’Ouest canadien, qui ont donc repris une partie de leur production. Comme le montre la figure 1, la production des raffineries et les exportations par pipeline sont supérieures à ce qu’elles étaient au début de 2020. Une partie de la production n’a pas encore été récupérée, ce qui porte à croire que les réductions de l’approvisionnement ont chuté à 270 kb/j au début d’octobre.

Date de modification :