Composition des factures de gaz naturel dans le secteur résidentiel au Canada

Consommation de gaz naturel – Une introduction

Dame portant un tablier rouge qui fait cuire des crêpes sur une cuisinière au gaz.

Des millions de Canadiens s’en remettent notamment au gaz naturel en tant que source d’énergie. Dans le secteur résidentiel, le gaz sert surtout à se chauffer et à produire de l’eau chaude. Certains ménages au pays en consomment aussi de faibles quantités pour cuisiner.

Où consomme-t-on du gaz naturel?

Le degré de consommation de gaz naturel diffère selon l’endroit au pays. Il s’agit de la principale source d’énergie pour le chauffage dans l’Ouest canadien et en Ontario, ces provinces profitant d’un accès à de vastes quantités de ce produit, acheminé au moyen de réseaux pipeliniers étendus. C’est en 1958 que le pipeline de TransCanada a commencé à approvisionner les demeures ontariennes au moyen de gaz produit plus à l’ouest et qui est devenu depuis une importante source de chauffage.

Par contre, peu nombreux sont les ménages au Québec, au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse qui se chauffent au gaz naturel. L’hydroélectricité à faible coût abonde sur le territoire québécois, ce qui réduit les besoins du côté du chauffage au gaz. Pour ce qui est des deux autres provinces, ce n’est qu’à la fin de 1999 que ces marchés ont commencé à profiter d’une source d’approvisionnement alors que le gisement gazier extracôtier néo-écossais de l’île de Sable est entré en production et que le gazoduc de Maritimes and Northeast Pipeline est entré en service. Absolument personne ne se chauffe au gaz naturel à l’Île-du-Prince-Édouard ou à Terre-Neuve-et-Labrador, où l’électricité, le mazout et le bois dominent à cette fin.

On n’utilise pas non plus le gaz naturel pour chauffer les domiciles au Yukon et au Nunavut, ni dans les Territoires du Nord-Ouest, à l’exception d’Inuvik qui en fait une consommation limitée dans le secteur résidentiel, mais comme les deux puits gaziers approvisionnant la ville appauvrissent, du propane et du gaz naturel liquéfié y sont maintenant transportés par camion. Jusqu’à la fin de 2014, Normal Wells faisait également exception à cette règle alors qu’on y consommait du gaz produit à partir d’un gisement à proximité. Toutefois, cette production a diminué à un point tel que par la suite elle n’a plus servi qu’à l’exploitation du champ pétrolier.

Dans les territoires septentrionaux, des chaudières au mazout sont présentes dans la majorité des foyers mais aucune donnée précise sur le chauffage dans le Nord n’est disponible.

Figure 1 : Énergie utilisée par le système de chauffage principal, selon la province

Sources : Statcan et CANSIM 153-0161
Aucune donnée disponible pour les territoires du Nord

Description :

À chaque province sur cette carte correspond un graphique circulaire représentant, sous forme de pourcentage, la part de chacune des quatre sources d’énergie utilisées par le système de chauffage principal des ménages. Le bleu est réservé à l’« électricité », le rouge au « gaz naturel », le brun au « mazout » et le vert au « bois ». Les données sont de 2015, mais remontent à 2013 pour le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse.

En Colombie-Britannique, le système de chauffage principal de 39 % des ménages fonctionne à l’électricité alors que le gaz naturel en alimente 58 % et le mazout 3 %.

En Alberta, les proportions sont de 17 % pour l’électricité et 79 % pour le gaz naturel.

Les rapports correspondants en Saskatchewan sont respectivement de 28 % et 72 %.

Au Manitoba ils sont de 49 % et de 51 %.

En Ontario, le système de chauffage principal de 31 % des ménages consomme de l’électricité tandis que le gaz naturel est utilisé dans une proportion de 67 % et le mazout dans une de 4 %.

Au Québec, l’électricité règne à 92 %, suivie du gaz naturel à 6% et du mazout à 2 %.

Ces pourcentages sont respectivement de 60 %, 2 % et 15 % au Nouveau-Brunswick, mais s’y ajoutent le bois et les granules de bois à 16 %.

Pour ces quatre mêmes éléments, les pourcentages respectifs en Nouvelle-Écosse sont de 35 %, 1 %, 47 % et 12 %.

Le système de chauffage principal de 37 % des ménages à l’Île-du-Prince-Édouard utilise l’électricité, ce pourcentage passant à 63 % pour le mazout.

Finalement, ces mêmes rapports à Terre-Neuve-et-Labrador sont de 78 % dans le premier cas et de 22 % dans le second.

Qu’est-ce qui fait fluctuer la consommation de gaz naturel des ménages?

Livre et couverture sur divan se trouvant devant un foyer au gaz naturel.

L’utilisation du gaz naturel n’est pas généralisée au Canada, mais la consommation moyenne des ménages qui y ont recours est de 88,4 gigajoules (« GJ ») par année. C’est en Alberta que cette moyenne annuelle est la plus élevée à 100,3 GJ.

Les facteurs à l’origine de variations sont nombreux. Par exemple, on consomme davantage de gaz si l’hiver n’en finit plus et est particulièrement froid, surtout dans les maisons plus grandes ou moins bien isolées et lorsque les appareils de chauffage sont moins efficients.

Figure 2 : Consommation de gaz naturel des ménages au Canada en 2015

Figure 2 : Consommation de gaz naturel des ménages au Canada en 2015

Source : Statcan
Aucune donnée n’est disponible pour les provinces maritimes et les territoires du Nord.

Description :

Ce graphique à colonnes permet de voir la consommation mensuelle moyenne de gaz naturel en GJ pour les ménages utilisateurs. Les données qui suivent y sont illustrées.

Moyenne : Canada – 88,4; BC – 74,3; AB – 100,3; SK – 88,7; MB – 81,7; ON – 90,8; QC – 60

Date de modification :