Aperçu du marché : L’industrie des pâtes et papiers moins énergivore et moins productive qu’il y a 20 ans

Contactez nous

Fil RSS – Information sur l’énergie

Commentaires, questions ou suggestions portant sur les aperçus du marché peuvent être envoyés à l’adresse apercus@cer-rec.gc.ca.

Date de diffusion : 2019-11-20

Au cours des vingt dernières années, la demande en énergie et la production de l’industrie des pâtes et papiers canadienne ont décliné fortement. En 1997, la demande annuelle en énergie y était de près de 415 pétajoules (PJ), ce qui en faisait le plus gros consommateur d’énergie au Canada à 20 % de la demande totale d’énergie à des fins industrielles. En 2017, la demande avait chuté à environ 231 PJ, soit seulement 8 % de la demande totale d’énergie à des fins industrielles.

Note de bas page

Figure 1. Consommation d’énergie par type de combustible dans l’industrie des pâtes et papiers (de 1995 à 2017)

Source et description

Source : Statistics Canada Table 36-10-0434-06

Description : Ce graphique montre la demande d’énergie, en PJ, de l’industrie des pâtes et papiers. La demande d’énergie totale pour tous les types de combustibles est indiquée, et la demande de gaz naturel et d’électricité est détaillée. De 1997 à 2017, la demande totale de combustibles a chuté de 415 PJ à 231 PJ, une diminution de 44 %.

Le gaz naturel et l’électricité sont les combustibles les plus utilisés dans l’industrie des pâtes et papiers. L’électricité sert à alimenter l’équipement tandis que le gaz naturel permet de produire la vapeur et l’air chaud utilisés dans les procédés de transformation. Une grande quantité d’électricité est générée grâce à la combustion de sous-produits créés par le procédé de transformation. En 2017, l’électricité produite à des fins industrielles à partir du procédé de transformation s’élevait à 9,2 TWhNote de bas de page 1 ou 33,1 PJ, soit environ 24 % de la demande d’électricité totale du secteur.

L’industrie des pâtes et papiers est bien présente dans plusieurs provinces, mais davantage au Québec, en Ontario et en Colombie-Britannique. La production économique de cette industrie au Canada a atteint un sommet en 2004 à 11,3 milliards de dollars. En 2018, elle avait diminué à 7,8 milliards de dollars, un recul de 45 %. La production économique à l’échelle provinciale affiche une tendance à la baisse similaire.

Figure 2. Production économique de l’industrie des pâtes et papiers pour le Canada et par province (de 1997 à 2018)

Source et description

Source : Statistics Canada Table 25-10-0029-01

Description : Ce graphique linéaire montre la production de l’industrie des pâtes et papiers en milliards de dollars. La production totale du Canada et la production de chaque province sont présentées. Dans la catégorie Autres provinces sont compris le Manitoba, la Saskatchewan, la Nouvelle Écosse, l’Île-du-Prince-Édouard et Terre-Neuve-et-Labrador. De 2004 à 2017, la production totale a chuté de 11,3 milliards de dollars à 7,8 milliards de dollars, une baisse de presque 45 %.

Ce ralentissement de la production économique peut être attribué à une baisse de la demande de papier impression-écriture et à la concurrence accrue de l’étranger. La production de papier journal et de papier écriture au Canada est passée de 7 et de 6 millions de tonnes, respectivement, en 2007, à 3 millions de tonnes dans les deux cas en 2017Note de bas de page 2. De même, la production de pâtes a baissé de 22 millions de tonnes à 6 millions de tonnes au cours de la même période.

 

Date de modification :