Aperçu du marché : Retour des prix de l’essence au Canada à des sommets atteints il y a plus de trois ans

Date de diffusion : 2018-05-30

Les prix de l’essence au Canada ont suivi une pente ascendante depuis leur plus bas, au cours de cette décennie, de 90.2 cents le litre (« ¢/L ») en frévrier 2016. En avril 2018, la moyenne canadienne atteignait 134,7 ¢/L, ce qui est supérieur de 16,6 ¢/L à ce qu’elle était un an auparavant.

Le prix de l’essence à la pompe est composé des éléments suivants :

  • Prix du brut
  • Marge de raffinage
  • Marge de commercialisation
  • Taxes

La marge de raffinage représente la différence entre le prix du pétrole brut et celui de gros auquel les raffineurs vendent leur essence ou leur diesel.

La marge de commercialisation représente la différence entre les prix de gros et de détail de l’essence avant ajout des taxes.

Le prix de détail, taxes comprises, regroupe toutes les composantes précitées.

Source et description

Source : Kent Group Ltd.

Description : Ce graphique linéaire permet de comparer le prix de détail de l’essence dans diverses villes du Canada et la moyenne au pays. Les différentes composantes, soit les taxes, la marge de commercialisation, celle de raffinage et le prix du brut, peuvent en outre être isolées. Le prix, taxes incluses les regroupe toutes. Entre 2013 et le 22 mai 2018, le prix moyen le plus bas a été enregistré au cours de la semaine du 16 février 2016. Depuis, quel que soit le marché, la tendance est à la hausse. Les prix de détail à la pompe, taxes incluses, ont atteint les niveaux suivants, en ordre descendant : Vancouver: 160.6 ¢/L, Victoria: 155.6 ¢/L , Whitehorse: 144.9 ¢/L, Montréal: 141.8 ¢/L, Canada (moyenne): 140.1 ¢/L, Ottawa: 138.8 ¢/L, Toronto: 138.6 ¢/L, St. John’s: 137.2 ¢/L, Yellowknife: 136.7 ¢/L, Calgary: 132.6 ¢/L, Charlottetown: 132.3 ¢/L, Halifax: 131.0 ¢/L, Edmonton: 130.5 ¢/L, Fredericton: 129.6 ¢/L, Winnipeg: 125.9 ¢/L, Regina: 125.7 ¢/L, and Saskatoon: 124.6 ¢/L.

Nombreux sont les facteurs à l’origine de prix plus élevés:

  • Les prix du pétrole augmentent [anglais seulement]. Les raffineries au Canada transforment surtout du pétrole brut léger, dont les prix à l’échelle internationale ont du coup une influence sur ceux de l’essence au pays. Le brut Brent a atteint en moyenne 72,11 $ US le baril en avril 2018, une hausse de 37,9 % comparativement aux 52,31 $ US enregistrés un an plus tôt.Note de bas de page 1
  • Le passage, en avril, du mélange d’hiver à celui d’été modifie la composition de l’essence à la pompe. En hiver, l’essence est mélangée à des butanes, moins coûteux et de moins grande teneur énergétique, afin d’en augmenter la pression de vapeur pour faciliter les démarrages par temps froid. Habituellement, au 15 avril les raffineurs sont passés à l’essence d’été et retournent aux mélanges d’hiver autour du 15 septembre.
  • La demande d’essence augmente pendant les mois d’été. Le long week-end de mai annonce le début de l’été pour les conducteurs au Canada et c’est à ce moment qu’on enregistre le gros de la différence de 6,87 ¢/L, en moyenne, du prix plus élevé à la pompe entre les mois d’avril à septembre comparativement à la période d’octobre à marsNote de bas de page 2.
  • La marge de raffinage, une autre composante des prix à la pompe, est en hausse à la grandeur du pays et en avril 2018, sa moyenne sur cinq ans avait augmenté de 14 % pour atteindre 28,1 ¢/L.Note de bas de page 3 Elle fluctue en fonction de l’offre et de la demande de produits raffinés selon les marchés.
  • Les taxes sur les combustibles et le carbone ont augmenté ces dernières années dans certaines provinces.Note de bas de page 4
  • Différents facteurs et des perturbations diverses à l’échelle régionale peuvent avoir des répercussions sur les prix dans une région précise. Par exemple, les prix de l’essence à Vancouver, qui sont les plus élevés en Amérique du Nord, ont atteint 160,6 ¢/L en mai 22 2018. Cette situation est en partie le résultat d’un arrêt programmé de la production récemment mené à terme à la raffinerie de Burnaby, laquelle fournit quelque 30 % du carburant dans cette région de la Colombie-Britannique [anglais seulement]. En outre, Vancouver est l’une des trois municipalités canadiennes, avec Montréal et Victoria, à ajouter des taxes sur le transport à celles fédérales et provinciales qui s’appliquent déjà à cet égard.
Date de modification :