Aperçu du marché : Nombre record d’heures à 0 $ en Alberta pour les prix de gros de l’électricité en 2017

Date de diffusion : 2017-09-06

Au 31 juillet 2017, l’Alberta comptait déjà 41 heures à 0 $ par mégawattheure (« MWh ») pour les prix de gros de l’électricité alors que le record précédent était de 39 heures sur toute l’année 2012. Une heure à 0 $ est un fait rare qui n’est survenu que 108 fois depuis l’an 2000, ce qui représente un pourcentage d’à peine 0,07 %.

Source et description

Source : AESO [anglais seulement], Office

Description : Ce graphique à barres empilées illustre le nombre d’heures à 0 $ par MWh pour les prix de gros de l’électricité du 1er janvier 2000 au 31 juillet 2017. Les données à cet égard pour les mois de mai et juin y sont présentées de façon distincte. Il n’y a eu aucune heure à 0 $ par MWh de 2000 à 2003 ni en 2005, 2006, 2009 ou 2014. C’est en 2012 (39) et en 2017 (41 pendant les sept premiers mois) qu’on trouve le plus grand nombre d’occurrences de telles heures, toutes les autres années en comptant 6 ou moins. Des 108 occurrences au total, 17 % sont survenues en mai et 67 % en juin.

En Alberta, c’est sur le marché de gros que l’électricité est produite, puis vendue et achetée. Le prix peut varier d’heure en heure en fonction de l’offre et de la demande. Il peut se situer n’importe où entre 0 $ et 999,99 $ par MWh. Il arrive que les producteurs offrent leur électricité à 0 $ par MWh sur ce marché du fait que les coûts liés à la mise à l’arrêt et à la remise en marche de leurs installations seraient plus élevés que ce qu’il leur en coûte pour produire à perte pendant quelques heures. Les producteurs à partir de sources intermittentes, comme les éoliennes, sont des preneurs de prix, c’est-à-dire qu’ils vendent leur électricité aux prix du marché pendant les heures où ils en produisent. Pour assurer leur déploiement, les éoliennes offrent de produire de l’électricité à 0 $ par MWh.

Depuis le début de l’an 2000, les heures à 0 $ sont survenues tôt le matin dans une proportion de 92 %, selon des pourcentages de 67 % en juin et de 17 % en mai. Pendant ces périodes, la demande d’électricité à des fins d’éclairage, de chauffage et de climatisation est habituellement à son plus bas niveau, tandis que la production éolienne est normalement à son niveau le plus élevé. Le nombre record d’occurrences d’heures à 0 $ en 2017 coïncide avec des importations d’électricité supérieures à la moyenne en provenance de la Colombie-Britannique [anglais seulement]Note de bas de page 1 en juin 2017.

Date de modification :