Aperçu du marché : Diminution de la production de pétrole de réservoirs étanches au Canada en 2014 en raison d’un recul des activités de forage

Date de diffusion : 2017-06-14

Depuis le milieu de 2014, la production de pétrole de réservoirs étanches au CanadaNote de bas de page 1, qui avait alors atteint un sommet de quelque 425 milliers de barils par jour (kb/j), a diminué pour s’établir à environ 345 kb/j à la fin de 2016. Cette baisse progressive est attribuable au fléchissement des prix du pétrole sur le marché mondial. À l’origine de ce déclin on retrouve principalement la formation de Cardium, en Alberta, dont la production a chuté, de 85 kb/j à 50 kb/j, ainsi que la formation de Bakken, en Saskatchewan et au Manitoba, qui a pour sa part connu une régression faisant passer sa production de 60 kb/j à 40 kb/j.

Seule la formation de Montney a connu une hausse de sa production depuis 2014, qui est ainsi passée de 60 kb/j à 95 kb/j. Cela est en grande partie de résultat d’un accroissement de la production de condensats, considérés être une forme de pétrole.Note de bas de page 2 Ces condensats sont tirés de puits de gaz de réservoir étanche et se vendent plus cher que le pétrole brut dans l’Ouest canadien, car ils sont fort en demande comme diluants utilisés pour le transport de bitume par pipeline.

Source et description

Source : Divestco et calculs de l’Office

Description : Ce graphique à aires empilées illustre la production de pétrole de réservoirs étanches au Canada, selon la formation, de janvier 2007 à décembre 2016. La ligne qui y est tracée montre pour sa part l’évolution du nombre de puits sur une année. La production est passée de moins de 9 kb/j en 2007 à presque 445 en 2014 avant de revenir à moins de 345 kb/j en 2016. Elle est le fruit de diverses formations, plus particulièrement de celles de Montney/Doig, Cardium, Viking et Bakken. La même évolution peut être remarquée quant au nombre de puits, qui lui est passé de 132 en janvier 2007 à 3 517 en décembre 2014 avant de revenir à 798 en décembre 2016.

Dans l’ensemble, la décroissance de la production de pétrole de réservoirs étanches est attribuable à l’ajout d’un moins grand nombre de puits du fait que les activités de forage ont ralenti en réaction à des prix moins élevés. En règle générale les puits de pétrole de réservoirs étanches produisent de forts volumes au tout début mais la production décline rapidement par la suite, ce qui fait qu’il faut constamment ajouter des puits pour que les niveaux puissent être maintenus. En 2014, le nombre de puits en production avait crû de 3 200. L’année suivante, cette croissance avait été d’environ 2 300 puits et c’est alors que la production a commencé à régresser. En 2016, moins de 1 000 puits avaient été ajoutés.

Date de modification :