Aperçu du marché : Comprendre les coûts élevés de l’énergie dans le Nord canadien

Date de diffusion : 2017-02-16

Les prix de l’électricité aux Territoires du Nord-Ouest (TNO) et au Nunavut sont beaucoup plus élevés qu’ailleurs au paysNote de bas de page 1. Dans ces deux territoires, les ménages doivent débourser plus de 30 cents pour un kilowattheure (kWh) d’électricité, tandis que la moyenne canadienne se situe à 12,9 cents le kWhNote de bas de page 2. Au Yukon, le prix se rapproche de la moyenne nationale, mais demeure supérieur, à 13,6 cents le kWh.

Dans la majeure partie du Nord canadien, la densité de population est faible et les collectivités sont éloignées; cela limite la viabilité des infrastructures énergétiques à moindre coût, comme les pipelines de gaz naturel et les installations hydroélectriques. Comme la géographie n’est pas propice à une utilisation répandue des énergies renouvelables, le Nord du Canada dépend largement de sources d’énergie relativement dispendieuses à forte intensité de carbone.

Source et description

Source : Hydro-Québec (pour toutes les provinces); Énergie Yukon [anglais seulement] (pour le Yukon); Arctic Energy Alliance [anglais seulement] – Tableau sur le prix des combustibles (pour les TNO); Société d’énergie Qulliq [anglais seulement] (pour le Nunavut)

Description : Ce tableau illustre les prix domestiques d’électricité dans les villes principales de chaque province et territoire en 2016 (voir la note de bas de page 1 pour connaître les lieux). Les tarifs ont été calculés sur la base des 1 000 premiers kWh par mois sur les factures résidentielles. Les résidents des TNO et du Nunavut paient les tarifs les plus élevés au Canada — plus de 30 cents le kWh —, ce qui est largement au-dessus de la moyenne pondérée canadienne de 12,9 cents le kWh. Les ménages yukonnais paient 13,6 cents le kWh, soit un peu plus que la moyenne pondérée nationale. Dans les provinces, les prix varient de 7,2 cents le kWh (Québec) à 17,8 cents le kWh (Ontario).

Les installations de production d’électricité au Nunavut sont presque toutes alimentées au diesel et la plupart des foyers sont chauffés au mazout. Pendant l’été, le Nunavut importe le mazout en vrac nécessaire pour l’année. Les TNO produisent plus de la moitié de leur énergie à partir de diesel et de mazoutNote de bas de page 3. Toutefois, environ le tiers de l’électricité de ce territoire est de source hydroélectrique. Le Yukon produit quant à lui la majeure partie de son énergie grâce à des ressources hydroélectriques [anglais seulement] régionales, ce qui explique les tarifs relativement bas; par ailleurs, les génératrices alimentées au diesel et au gaz naturel servent de systèmes auxiliaires au réseau électrique principal et constituent la principale source d’électricité dans la plupart des collectivités éloignées.

Les sources d’énergie à faible émission de carbone font l’objet d’un intérêt croissant et les prix deviennent plus abordables dans le Nord canadien. Aux TNO, la capacité installée de la biomasse (chaudières à granulés de bois) s’élève à plus de 20 mégawatts, et on s’attend à une croissance. La municipalité d’Inuvik alimente l’une de ses centrales électriques avec du gaz naturel liquéfié (GNL) [anglais seulement], qui arrive de la Colombie-Britannique par camion. En outre, l’installation de GNL d’Énergie Yukon, construite à Whitehorse en 2015, offre une énergie de remplacement plus propre par rapport aux génératrices auxiliaires au diesel des installations hydroélectriques. Enfin, deux projets solaires ont été lancés aux TNO [anglais seulement] et au Nunavut [anglais seulement].

 

Date de modification :