Aperçu du marché : Puits gaziers de Montney toujours plus productifs en raison d’améliorations technologiques

Date de diffusion : 2017-01-25

Depuis le milieu des années 2000, le gaz naturel de la formation de MontneyNote de bas de page 1, dans le nord-est de la Colombie-Britannique et le nord-ouest de l’Alberta, est extrait au moyen de forages horizontaux et de fracturation hydraulique en plusieurs étapes.Note de bas de page 2 Cette région produit maintenant quelque 4,5 milliards de pieds cubes par jour (Gpi3/j) de gaz naturel, ce qui représente environ un tiers de la production totale au Canada.

Les exploitants ont mis la région en valeur comme s’il s’agissait d’une installation du secteur manufacturier,Note de bas de page 3 notamment en appliquant continuellement les leçons apprises à partir des générations précédentes de puits afin d’améliorer la productivité et d’abaisser les coûts par unité de gaz produite. C’est ainsi que les profils de production moyenne des puits forés dans la région de Montney entre 2008 et 2015 montrent que les taux de production de pointe sont plus élevés pour les puits plus récents. En outre, cette supériorité par rapport aux puits plus anciens est généralement maintenue par la suite. Par exemple, les puits forés en 2008 présentaient une production de pointe moyenne de 2 300 milliers de pieds cubes par jour (kpi3/j) tandis que celle des puits forés en 2016 atteignait 3 400 kpi³/j, un sommet jusqu’à maintenant, mais les données sont encore incomplètes.

Source et description

Source : IHS-CERA

Description : Le graphique ci-dessus illustre le rendement moyen des puits forés dans la région de Montney selon l’année (de 2008 à 2016). En général, les puits atteignent leur production de pointe au cours de la période allant du deuxième au quatrième mois suivant le forage. Les taux de production de pointe sont plus élevés pour les puits plus récents. Les taux moyens de production de pointe des puits forés en 2008 se situaient à 2 300 kpi3/j tandis que pour ceux forés en 2016, ils atteignent 3 400 kpi3/j. Même si la production moyenne des puits, quelle que soit l’année où ils ont été forés, décline rapidement par la suite, les puits plus récents feront encore là généralement mieux que les plus anciens.

Certaines des améliorations technologiques à l’origine d’un accroissement de la production par puits partout dans l’Ouest canadien comprennent notamment des forages horizontaux plus longs, ce qui permet à un puits de toucher une surface plus grande du gisement et aux débits d’être plus élevés, de même qu’un nombre d’étapes de fracturation qui peut être plus grand, à l’origine donc d’une plus grande quantité de fluide de fracturation ou d’agent de soutènementNote de bas de page 4 qui peut être pompée à chaque étape, ce qui signifie une fois encore une « stimulation » du gisement plus étendue et des débits qui peuvent être plus élevés. Enfin, les progrès réalisés en géosciences et en ingénierie permettent de plus en plus d’atteindre des points idéaux en vue de la meilleure production possible du gisement.

 

Date de modification :