Aperçu du marché : Chute des prix du pétrole brut : des incidences économiques variables selon les provinces et territoires

Date de diffusion : 2016-09-15

Les prix du pétrole brut ont baissé d’environ 50 % de 2014 à 2015. Bien que la proportion du PIB attribuable au secteur énergétique ne se limite pas aux activités en amont reliées au pétrole brut, on observe une corrélation entre les grandes productrices de pétrole brut et une croissance négative du PIB. De 2014 à 2015, le PIB de l’Alberta, de Terre-Neuve-et-Labrador et de la Saskatchewan a fondu respectivement de 4 %, 2,2 % et 1,4 %. Le produit intérieur brut (PIB) canadien a augmenté de 1,2 % en 2015 : il s’agit d’une croissance bien inférieure à celle de l’année précédente (2,6 %). De 2014 à 2015, le PIB des provinces fortement tributaires du secteur énergétiqueNote de bas de page 1 – notamment l’Alberta, Terre-Neuve-et-Labrador et la Saskatchewan – s’est replié, tandis que celui de la majorité des autres provinces et territoires a connu une certaine croissance.

Les prix du pétrole brut ont baissé d’environ 50 % de 2014 à 2015Note de bas de page 2 . Bien que la proportion du PIB attribuable au secteur énergétique ne se limite pas aux activités en amont reliées au pétrole brut, on observe une corrélation entre les grandes productrices de pétrole brut et une croissance négative du PIB. De 2014 à 2015, le PIB de l’Alberta, de Terre-Neuve-et-Labrador et de la Saskatchewan a fondu respectivement de 4 %, 2,2 % et 1,4 %.

Source et description

Sources : Statistique Canada : CANSIM 379-0030 and 379-0028

Description : Le diagramme en barres illustre la variation en pourcentage du PIB total du Canada, des provinces et des territoires de 2014 à 2015 ainsi que le pourcentage du PIB attribuable au secteur énergétique pour l’année 2014. De 2014 à 2015, on observe une croissance négative du PIB total de l’Alberta, de la Saskatchewan et de Terre-Neuve-et-Labrador, où ce secteur représente plus de 20 %.

Le secteur de l’énergie contribue à moins de 10 % du PIB des huit autres provinces et territoires énumérés. On note une croissance positive du PIB de tous ces derniers, à l’exception du Yukon.

Remarque : Les figures illustrant le pourcentage du PIB attribuable au secteur énergétique pour l’Île-du-Prince-Édouard et le Nunavut sont exclues du diagramme parce que Statistique Canada ne divulgue pas les données à des fins de confidentialité.

La croissance du PIB des provinces et des territoires moins exposés au secteur énergétique ou, plus précisément, plus isolés de la chute des prix du pétrole, a été généralement positive de 2014 à 2015. Le PIB de la Colombie-Britannique, du Manitoba et de l’Ontario, par exemple, a augmenté de plus de 2 % en raison de secteurs plus solides (des biens immobiliers, de la fabrication et des services). Le Yukon constitue toutefois une exception : son PIB a reculé de 3,8 %, surtout à cause de la baisse des prix et de la production de minéraux.

Dans l’ensemble du Canada, en 2014, 9,7 % du PIB était attribuable au secteur de l’énergie. Ce chiffre a décliné à 9,3 % en 2015.

 

Date de modification :