Aperçu du marché : Les projets de CSC pourront bientôt retirer de l’atmosphère jusqu’à 6,4 millions de tonnes de CO2 par année

Date de diffusion : 2016-09-07

Les projets de captage et de stockage du CO2 (CSC) pourraient contribuer de manière importante à l’atteinte des objectifs du Canada en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES). Aux termes de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, le Canada s’est engagé à réduire de 30 % d’ici 2030 ses émissions de GES par rapport aux niveaux de 2005 [anglais seulement], soit une réduction d’environ 200 millions de tonnes métriques par an (TMPA) d’équivalent en dioxyde de carbone (CO2) par rapport aux niveaux actuels. Les quatre grands projets de CSC au Canada, dont deux sont en exploitation et deux sont en construction, auront une capacité maximale combinée de 6,4 TMPA, ce qui représente 3 % de la réduction nécessaire pour atteindre l’objectif de 2030.


Projets de CSC au Canada

Source et description

Sources : Massachusetts Institute of Technology, Environnement et Changement climatique Canada

Description : La carte de la Colombie-Britannique, de l’Alberta et de la Saskatchewan montre l’emplacement des six projets de CSC. Il existe deux installations d’envergure : Boundary Dam, à Estevan (Saskatchewan), et Quest, près de Fort Saskatchewan (Alberta). On retrouve deux installations de moindre envergure à Zama (Alberta) et à Pikes Peak (Saskatchewan). Enfin, deux grands projets sont en construction : l’Alberta Carbon Trunk Line, près de Redwater (Alberta), qui devrait entrer en service d’ici 2017, et la modernisation d’une usine à gaz à Fort Nelson (Colombie-Britannique), dont l’exploitation devrait débuter d’ici 2018.

Les deux grands projets de CSC qui sont actuellement en exploitation sont Boundary Dam [anglais seulement] de SaskPower, à Estevan (Saskatchewan), et Quest [anglais seulement] de Shell, près de Fort Saskatchewan (Alberta). Quest capte 1,2 TMPA de CO2 par l’entremise de procédés de valorisation des sables bitumineux et le stocke dans un aquifère salin profond. Le CO2 stocké dans des aquifères est retiré de l’atmosphère de façon permanente et n’a pas d’autres usages.

Le projet Boundary Dam consistait à moderniser une centrale au charbon. Il permet maintenant de capter 1 TMPA de CO2. Le CO2 capté est vendu à Cenovus, qui s’en sert pour mener ses activités de récupération assistée des hydrocarbures (RAH) au champ pétrolifère Weyburn [anglais seulement]. Entré en service en octobre 2014, Boundary Dam est le premier, et le plus important, projet de centrale électrique au monde à capter du CO2. Il est également le premier à offrir une application commerciale au produit de la capture postcombustionNote de bas de page 1.

Au Canada, il y a actuellement deux grands projets en construction : le projet Fort Nelson [anglais seulement] de Spectra et le projet Alberta Carbon Trunk Line [anglais seulement]. Le projet Fort Nelson, en Colombie-Britannique, consiste en la modernisation d’une usine de traitement de gaz dont la capacité de captage serait de 2,2 TMPA à compter de 2018. Le CO2 capté serait stocké dans des aquifères.

Le projet Alberta Carbon Trunk Line se veut un réseau de collecte servant au stockage et au transport de CO2 de la raffinerie Sturgeon [anglais seulement] et de l’usine d’engrais Agrium [anglais seulement], près de Redwater, en Alberta. D’une capacité de 1,5 TMPA à 2,0 TMPA, il devrait entrer en service en 2017 et servir aux activités de RAH dans le gisement pétrolier Clive. Les installations du projet pourraient potentiellement être raccordées à d’autres émetteurs industriels de la région et transporter jusqu’à 14,6 TMPA de CO2 vers des sites de RAH ou de stockage dans des aquifères, ce qui en ferait le plus grand projet de CSC au monde.

Date de modification :