Aperçu du marché : Feux de Fort McMurray : taux inférieurs d’utilisation des raffineries et importations accrues de pétrole brut

Date de diffusion : 2016-08-31

En mai 2016, l’utilisation de pétrole brut canadien dans les raffineries du pays a chuté à son point le plus bas depuis avril 1973 en raison des feux de friches de Fort McMurray. La baisse de l’approvisionnement a durement touché les opérations de raffinage dans l’Ouest canadien et elle a fait diminuer les taux d’utilisation des raffineries en Ontario. Le repli de l’offre d’origine intérieure s’est également traduit par une progression des importations de pétrole brut. L’Alberta a été la région la plus lourdement touchée, principalement en raison de la difficulté d’y importer ce type de produit en cas de perturbations à l’approvisionnement.

En mai 2016, les raffineries de l’Ouest canadien étaient exploitées à 43,9 %, contre 83,1 % au même mois de 2015. De façon similaire, les raffineries de l’Ontario entaient exploitées à 59,3 % en mai 2016 en comparaison avec 89,1 % l’année précédente.

Source et description

Source : Office national de l’énergie

Description : Ce graphique linéaire illustre le pourcentage de l’utilisation des raffineries en Ontario et dans l’Ouest canadien de janvier 2015 à juillet 2016. Les taux d’utilisation des raffineries sont relativement stables à environ 80 % durant cette période. En mai 2016, les taux d’utilisation des raffineries en Ontario et dans l’Ouest canadien sont descendus respectivement à 43,9 % et à 59,3 %. En juillet, ces taux étaient remontés à des valeurs normales.

Pour compenser la baisse de l’offre d’origine intérieure, les importations de pétrole brut ont augmenté en mai 2016 par rapport au même mois en 2015. Le Canada a importé un peu plus de 680 milliers de barils par jour (kb/j) de pétrole brut en mai 2016, par rapport à 602 kb/j à l’année précédente; il s’agit d’une augmentation de 13 %.

À la suite du redémarrage, en juin 2016, d’installations d’exploitation de sables bitumineux dans le Nord de l’Alberta, les importations de pétrole brut ont décliné et les opérations de raffinages sont revenues près des normales. En juin, la production des raffineries dans l’Ouest du Canada et en Ontario s’établissait respectivement à 84,7 % et à 77,3 %.

Les prix de l’essence dans ces deux régions ont augmenté modérément en mai et en juin en raison du resserrement de l’offre. Les prix de l’essence ont plafonné à la mi-juin. Ils ont ensuite diminué et, dans l’Ouest du pays, ils sont actuellement bien inférieurs à la moyenne canadienne.

 

Date de modification :