Aperçu du marché : Émissions accrues de gaz à effet de serre attribuables aux tendances de consommation et de production manufacturière


Date de diffusion : 2016-07-14

Les émissions totales canadiennes de gaz à effet de serre (GES) sont passées de 614 à 733 mégatonnes (Mt) d’équivalent en dioxyde de carbone (CO2) de 1990 à 2014. Il s’agit d’une croissance annuelle moyenne de 0,7 %. Le taux annuel moyen de croissance des émissions du secteur des transports, la deuxième source de GES au Canada, a été, à 1,1 %, le plus élevé de tous les secteurs. En 2014, les émissions de ce même secteur s’élevaient à 171 Mt, soit près de 23 % des émissions totales canadiennes de GESNote de bas de page 1.

La première source d’émissions du secteur des transports était le transport de passagers : voitures, véhicules utilitaires légers (VUL), avions, autobus, trains, motocyclettes. En 2014, ce type de transport était à l’origine de 55 % des émissions totales de GES du secteur (95 Mt). Les émissions provenant du transport de passagers par avion, train et motocyclette sont demeurées relativement stables à 9 Mt de 1990 à 2014. En dépit des normes améliorées de consommation de carburant et d’émissions qui s’appliquent à la plupart des véhicules, les GES provenant des VUL ont plus que doublé de 1990 (22 Mt) à 2014 (50 Mt) en raison de la popularité accrue des véhicules utilitaires sport et des VUL, ce qui a largement neutralisé la baisse des émissions des voitures (52 Mt en 1990 contre 36 Mt en 2014).

Source et description

Source : Rapport d’inventaire national 1990-2014 d’Environnement et de Changement climatique Canada

Description : Ce graphique illustre les émissions de GES du secteur des transports du Canada, de 1990 à 2014, en Mt d’équivalent CO2. Au cours de cette période, les émissions de GES sont passées de 129 Mt à 171 Mt. Les émissions sont séparées selon le mode de transport : voitures; véhicules utilitaires légers; avions et trains de passagers, autobus et motocyclettes; camions de fret; avions, trains et navires de fret; autres (dont les véhicules à usage récréatif, commercial et résidentiel). Pour bon nombre de ces modes de transports, les émissions sont demeurées relativement stables durant la période visée. En revanche, les émissions provenant des voitures ont diminué (52 Mt contre 36 Mt); celles des VUL et des camions de fret ont augmenté (respectivement 22 Mt contre 50 Mt et 24 Mt contre 55 Mt).

Les émissions qui proviennent du transport de marchandises ont fortement progressé depuis 1990. Elles s’élevaient à 68 Mt en 2014, soit 40 % des émissions totales du secteur des transports. Bien que les émissions des avions, trains et navires de fret soient demeurées relativement stable à 15 Mt, celles des camions de fret ont plus que doublé (24 Mt en 1990; 55 Mt en 2014). Quoiqu’il soit le mode de transport de marchandises le plus énergivore et le plus dispendieux, le transport par camion a augmenté au cours des dernières décennies du fait de la demande accrue des consommateurs pour des produits manufacturés, des modèles de production juste-à-tempsNote de bas de page 2 et de la livraison à domicile.

 

Date de modification :