Aperçu du marché : Les exportations nettes par gazoduc devraient décliner malgré la mise en valeur du gaz naturel liquéfié


Date de diffusion : 2016-06-15

Les exportations nettes par gazoduc depuis le Canada pourraient chuter à pratiquement zéro d’ici 2040, selon la projection du scénario de référence du rapport Avenir énergétique du Canada en 2016.

Le scénario de référence suppose que les exportations de gaz naturel liquéfié (GNL) commencent en 2019 à 0,5 milliard de pieds cubes par jour (Gpi³/j) et augmentent graduellement jusqu’à 2,5 Gp³/j en 2023. Les volumes d’exportation de GNL constituent un élément essentiel de la production de gaz naturel, laquelle passe de 15,1 Gp³/j en 2015 à 17,9 Gp³/j en 2040. En revanche, cette croissance de la production est plus que neutralisée par la hausse de la demande intérieure en gaz naturel. L’utilisation accrue du gaz naturel pour la production d’électricité, ainsi que dans le secteur des sables bitumineux, entraîne une augmentation de la demande en gaz naturel au pays, qui passe de près de 10 Gp³/j en 2015 à 15 Gp³/j en 2040.

Source et description

Source : Office

Description : Ce graphique illustre la production canadienne, les exportations nettes par gazoduc et les exportations de GNL de 2012 à 2040. La production au Canada suit généralement une tendance à la hausse : de 15,1 Gp³/j en 2015, elle grimpe à 17,7 Gp³/j en 2025, où la production demeure assez stable jusqu’en 2040. Les barres empilées montrent les exportations classées en exportations nettes par gazoduc et en exportations de GNL. Ces dernières débutent en 2019 à 0,5 Gp³/j et grimpent à 2,5 Gp³/j en 2023, où elles se stabilisent jusqu’en 2040. Les exportations nettes par gazoduc, qui correspondent à la différence entre la production et la demande intérieure, et les exportations de GNL devraient décliner, passant de 5,1 Gp³/j en 2015 à 0,2 Gp³/j d’ici 2040.

Les projections relatives aux exportations nettes représentent la différence entre la production et la demande de gaz naturel au Canada. Puisque la demande intérieure en gaz naturel augmente plus rapidement que la production, les exportations nettes de gaz naturel diminuent de façon soutenue pendant la période de projection. En tenant compte des volumes présumés d’exportation de GNL, les exportations nettes par gazoduc à destination des États-Unis passeraient de 5,1 Gp³/j en 2015 à 0,2 Gp³/j en 2040.

Il importe de souligner que les projections du rapport Avenir énergétique du Canada concernent les exportations nettes (exportations moins importations). Toutefois, les projections relatives aux importations et aux exportations ne sont pas calculées séparément. Cela suppose que les exportations pourraient augmenter, diminuer, ou demeurer stables selon les niveaux d’importation. Toutefois, compte tenu des nouvelles sources majeures de gaz naturel aux États-Unis, comme les formations schisteuses de Marcellus et d’Utica situées à proximité de régions consommatrices comme le Québec et l’Ontario, les importations vers le Canada sont susceptibles de demeurer stables ou d’augmenter, ce qui laisse entendre que les exportations par gazoduc devraient décliner au cours de la période de projection.

 

Date de modification :