Aperçu du marché : Incidence incertaine des prix de l’essence sur la demande en été, haute saison des déplacements en voiture au Canada


Date de diffusion : 2016-05-18

Le long week-end de mai marque le début de la haute saison des déplacements en voiture au Canada. Durant l’été, la demande d’essence au pays augmente de 10 % à 20 % par rapport à celle de l’hiver, les Canadiens prenant la route pour profiter du temps plus clément. Le graphique ci-dessous, qui trace la demande et les prix de l’essence de 2000 à 2015, expose plusieurs facettes de la demande d’essence au Canada, notamment le fait que de fortes fluctuations des prix à la pompe ne se traduisent pas toujours par des changements notables de la demandeNote de bas de page 1.

Sources et Description

Sources : Statistics Canada, Kent Marketing Services

Description : Ce graphique présente la demande d’essence au Canada de janvier à août entre 2000 et 2015, par rapport au prix moyen pondéré pendant ces mêmes mois. La demande d’essence varie au fil des saisons : janvier représente le creux de l’année et août, la période de pointe. En général, la demande a augmenté au Canada, passant de 2 606 millions de litres par mois en janvier 2000 à 3 250 millions de litres par mois en janvier 2015, et de 3 200 millions de litres par mois en août 2000 à 3 588 millions de litres par mois en août 2015. Pendant ce temps, les prix de l’essence montaient aussi, de 64 cents le litre, en janvier 2000, à 93 cents le litre, en août 2015, tout en connaissant de fortes fluctuations durant cette période. Lorsqu’on examine le graphique dans son ensemble, on découvre que des fluctuations marquées des prix de l’essence n’amènent pas toujours de fortes variations de la demande.

En janvier, mois de faible demande, cette dernière semble « non élastique », c’est-à-dire qu’elle réagit relativement peu aux fluctuations à court terme des prix (en d’autres termes, la demande hivernale reste passablement stable, sans égard aux variations à la hausse ou à la baisse des prix). Ainsi, en janvier 2009 et 2015, la demande, d’une année à l’autre, s’est accrue de 1,4 % et 2,3 %, respectivement, tandis que les prix baissaient de 22,7 % et 27,7 %. En outre, le recul le plus marqué de la demande sur une année pour un mois de janvier a été enregistré en 2006, lorsqu’elle a chuté de 4,4 % par rapport au même mois l’année précédente, alors que les prix, eux, ont baissé de 4,6 % par rapport au mois d’août 2004.

Au mois d’août, mois où la demande atteint un sommet, la demande d’essence augmente et suit la tendance générale à la hausse sans que ces fluctuations semblent non plus directement liées aux prix. Par exemple, en août 2012, la demande a fléchi de 9,1 % par rapport au même mois de l’année précédente, en dépit d’une hausse de seulement 2,8 % des prix de l’essence pendant la même période. L’année précédente, malgré une hausse des prix de 23,4 % d’août 2010 à août 2011, la demande s’est accrue de 5,7 %.

Date de modification :