Aperçu du marché : Recettes provenant de la vente de terres pétrolifères et gazéifères dans l’Ouest canadien en 2015 – Peut-être les plus basses depuis des décennies

Date de diffusion : 2015-12-02

Les recettes de l’État tirées de la vente de terres pétrolifères et gazéifères dans l’Ouest canadienNote de bas de page 1 en 2015 pourraient être les plus basses depuis des décennies. La superficie totale des terres visées par ces opérations (la « vente de terres ») est légèrement plus élevée en 2015 qu’elle ne l’avait été en 2014, mais les recettes par hectare ont chuté, passant de 745 $ à 193 $ (de janvier à octobre 2015).

Jusqu’à maintenant en 2015, les recettes tirées de la vente de terres en Alberta [anglais seulement sont de 263 millions de dollars, comparativement à 494 millions en 2014. C’est en 2011 que ces recettes avaient été les plus élevées alors qu’elles s’élevaient à 3,6 milliards de dollars. Au cours des dix premiers mois de 2015, les recettes tirées de cinq ventes de terres en Saskatchewan [anglais seulement ont totalisé 45,5 millions de dollars, contre 197,9 millions sur la même période l’année précédente. En 2008, les recettes dans cette province avaient atteint un niveau record de 1,1 milliard de dollars. La valeur des terres pétrolifères et gazéifères vendues en Colombie-Britannique [anglais seulement jusqu’à maintenant en 2015 est de 12,3 millions de dollars alors qu’elle totalisait 383 millions en 2014 et avait culminé à 2,7 milliards de dollars en 2008. Les recettes tirées des droits associés aux ressources en hydrocarbures au Manitoba jusqu’à maintenant en 2015 sont identiques à celles pour l’année 2014, soit environ 1,5 million de dollars. Elles avaient atteint un sommet de 13 millions de dollars en 2010.

Sources et Description

Sources : Gouvernements de l’Alberta, de la Colombie-Britannique, du Manitoba et de la Saskatchewan

Description : Ce tableau présente certaines données en rapport avec la vente de terres et les droits associés aux ressources en hydrocarbures dans l’Ouest canadien pour la période de 2000 à 2015. Les recettes en soi prennent la forme d’un diagramme à barres empilées tandis que la superficie totale et les recettes par hectare sont illustrées au moyen de graphiques linéaires. On constate une tendance à la hausse des recettes entre 2003 et 2008, alors qu’elles se hissent à 5,0 milliards de dollars. La tendance inverse a été enregistrée ces dernières années et en 2015 (de janvier à octobre), les recettes se sont établies à leur plus bas niveau depuis plus de 15 ans, soit 0,3 milliard de dollars.

Entre 2000 et 2008, la superficie des terres vendues s’est habituellement située dans une fourchette de 4,0 à 5,2 millions d’hectares. Elle a atteint 5,4 millions d’hectares en 2006, mais à peine 1,4 million en 2014. Le point haut des recettes par hectare est de 960,3 $ en 2008 et son point bas de 192,8 $ en 2015.

Les recettes que les provinces tirent des ventes de terres varient grandement pour différentes raisons. Jusqu’à maintenant en 2015, les prix peu élevés des produits de base ont été un facteur majeur, car les sociétés réduisent leurs dépenses, ce qui a une incidence sur les activités d’exploration.

Par ailleurs, des « ruées foncières » sont parfois attribuables à la découverte de nouvelles zones prometteuses ou à une augmentation suffisamment marquée des revenus pétroliers et gaziers pour justifier l’acquisition, par les sociétés, de ressources précédemment jugées non rentables. Voici quelques grandes dates où il y a eu ruée vers des terres pétrolifères et gazéifères dans l’Ouest canadien au cours de la dernière décennie :

  • entre 2005 et 2008 dans la région des sables bitumineux de l’Alberta
  • de 2007 à 2010 sur le pétrole de réservoirs étanches prometteurs en Saskatchewan
  • en 2008, cette fois en Colombie-Britannique, pour le gaz de schiste du bassin de Horn River et le gaz de réservoirs étanches de la formation de Montne
  • en 2010 c’est au tour du pétrole des réservoirs étanches de la formation d’Exshaw dans le sud de l’Alberta
  • en 2011, toujours en Alberta, les cibles sont le gaz et le pétrole de schiste dans la formation de Duvernay

Toutefois, depuis 2011, il n’y a pas eu de nouvelles découvertes de grandes zones prometteuses dans l’Ouest canadien et des baux ont été accordés pour la plupart de celles déjà connues.

Date de modification :