Aperçu du marché : Objectifs plus ambitieux pour les économies d’électricité en Ontario

Date de diffusion : 2015-11-19

L’efficacité est à l’avant-scène de la politique énergétique de nombre de provinces. Par exemple, en Ontario, la Société indépendante d’exploitation du réseau d’électricité (SIERE)Note de bas de page 1 vise, à moyen terme, des économies d’électricité supplémentaires de sept terawatt-heures (TWh) d’ici 2020. Ces économies sont calculées en fonction de ce qu’aurait été la demande d’énergie sans les mesures de conservation adoptées depuis 2010. Pour se représenter l’ordre de grandeur, il faut savoir que la demande ontarienne s’est élevée à environ 139 TWh l’an dernier.Note de bas de page 2 L’objectif précité, qui met la « conservation au premier plan », est intégré à celui encore plus ambitieux de 30 TWh d’ici 2032 mentionné dans le Plan énergétique à long terme [anglais seulement] (PELT) de l’Ontario publié en 2013. Les 30 TWh en question représentent une réduction de 16 % de la demande brute d’électricité prévue en Ontario.

Les services publics, par la voie des sociétés de distribution locale (SDL), procèdent actuellement à la mise en œuvre des politiques et programmes les plus récents avancés dans le document mettant la conservation au premier plan pour la période de 2015 à 2020. Les SDL ont adopté un éventail complet de mesures qu’elles ont déposées collectivement sous la forme de plans de conservation et de gestion de la demande (PCGD). Ces plans prévoient notamment des mesures de conservation et d’efficacité énergétique pour l’équipement, des codes et des normes pour les appareils ménagers, ainsi que des éléments de sensibilisation et d’éducation sur la consommation d’énergie. Les PCGD regroupent en outre des initiatives axées sur la réduction de la demande et la consommation en dehors des périodes de pointe.

Les mesures précitées ont déjà permis de réduire de beaucoup la charge en Ontario, mais les 7 TWh de plus espérés à moyen terme nécessiteront la réalisation d’économies encore plus grandes que celles des années passées. En fait, pour la période de 2015 à 2020, les économies annuelles devront être supérieures d’environ 90 % à celles enregistrées en moyenne chaque année entre 2011 et 2014.

Sources et description

Sources : PELT; Conservation First Framework (2015-2020) [anglais seulement]

Description : Le diagramme à barres illustre les économies d’énergie annuelles en Ontario de 2011 à 2020. Celles-ci passent de 0,6 TWh en 2011 à 9,6 TWh en 2020. Les économies de 7 TWh de 2014 à 2020 représentent, comparativement aux économies annuelles réalisées entre 2011 et 2014, une augmentation moyenne de 90 % du taux de croissance différentiel.

Dans sa recherche d’efficience énergétique découlant d’une stratégie qui favorise « les coûts les plus bas », l’Ontario est loin d’être seule. Cette province estime que les 2 milliards de dollars investis en conservation pendant la première étape du PELT de 2006 à 2011 lui ont permis d’éviter des coûts de 4 milliards de dollars en nouveaux approvisionnements.

Date de modification :