Aperçu du marché : Projets de GNL sur la côte Est pour faire front aux difficultés sur le plan de la concurrence et de l’offre

Date de diffusion : 2015-08-27

En raison de la production gazière croissante en Amérique du Nord, 27 sociétés ont soumis à l’Office des demandes de licence d’exportation de gaz naturel depuis 2010. Un certain nombre de projets d’exportation de gaz naturel liquéfié (GNL) ont été proposés aussi bien sur la côte Est que sur la côte Ouest du Canada, tous en concurrence entre eux et avec d’autres projets envisagés partout dans le monde pour répondre à la demande croissante de GNL, qui s’est établie en moyenne à 32 Gpi³/j [anglais seulement] en 2014. Outre les projets canadiens, une capacité d’exporter d’environ 10 Gpi³/j est déjà en chantier aux États-Unis, et divers projets australiens seront mis en service vers la fin de 2015 et en 2016, augmentant considérablement l’offre mondiale de GNL.

Quatre projets visant l’exportation de GNL à partir des Maritimes représenteraient un volume d’exportation combiné de 6,4 Gpi³/j. L’Office a approuvé récemment des licences d’exportation de gaz naturel pour deux des projets; les demandes visant les deux autres sont à l’étude par l’OfficeNote de bas de page 1. Toutes ces licences d’exportation comportent la condition suivante : si les exportations à partir du Canada n’ont pas commencé dans les 10 ans suivant la délivrance de la licence, celle-ci prend fin.

Projets d’exportation de gaz naturel liquéfié envisagés sur la côte Est

Sources et description de la figure

Sources : Demandes de licence d’exportation et descriptions de projet, ONÉ

Description : La carte montre les quatre projets d’exportation de GNL envisagés sur la côte Est du Canada, et le réseau de Maritimes & Northeast Pipeline. Elle inclut un graphique indiquant les volumes d’importation et d’exportation demandés et approuvés, les points d’exportation ainsi que l’état d’avancement de chacune des demandes déposées à l’Office.

En plus de la concurrence mondiale, les exportateurs de GNL des Maritimes font face à la difficulté de trouver des sources d’approvisionnement en gaz naturel à long terme. Les quatre demandeurs d’exportation de GNL des Maritimes (voir la carte ci-dessus) ont mentionné plusieurs sources d’approvisionnement pour soutenir leurs projets, notamment la production terrestre et extracôtière dans les Maritimes, ainsi que les approvisionnements de l’Ouest canadien et de la formation de Marcellus dans le nord-est des États-Unis. Selon l’Energy Information Administration des États-Unis [anglais seulement], la production de Marcellus atteint actuellement en moyenne plus de 16 Gpi³/j, soit une augmentation considérable par rapport à moins de 2 Gpi³/j à la fin des années 2000. L’approvisionnement des Maritimes était inclus, mais la production de gaz naturel en 2015 dans cette région a été en moyenne de 0,25 Gpi³/j et on s’attend à ce qu’elle diminue.

Le marché gazier des Maritimes est relié aux États-Unis par le réseau de Maritimes & Northeast Pipeline (M&NP). La capacité actuelle de la partie du réseau de M&NP en sol canadien s’élève à approximativement 0,6 Gpi³/j et est insuffisante pour transporter tous les volumes proposés pour l’exportation à partir des Maritimes. En outre, l’engorgement persistant sur le réseau pipelinier aux États-Unis empêche actuellement les approvisionnements du nord-est américain d’atteindre les consommateurs des Maritimes. Si les projets de GNL des Maritimes vont de l’avant, des infrastructures supplémentaires pourraient être requises pour desservir les usines de GNL.

Date de modification :