Aperçu du marché : Sommet de 129 G$ pour les recettes tirées des exportations d’énergie du Canada en 2014

Date de diffusion : 2015-07-15

Malgré le repli des cours pétroliers, le secteur de l’énergie a représenté, en 2014, presque 10 % du PIB canadien, alors que les recettes tirées des exportations d’énergie ont atteint un sommet de 129 G$. Qu’il s’agisse de pétrole brut et de bitume, de gaz naturel ou d’électricité, les recettes tirées des exportations ont augmenté comparativement à 2013. Le montant net de ces recettes (une fois soustraits les coûts liés aux importations) a pour sa part atteint 85 G$, du jamais vu depuis 2008. Le document intitulé Aperçu de la situation énergétique au Canada 2014 récemment publié fait état notamment de ces statistiques importantes sur l’énergie.

 

 

Source et description de la figure

Sources : Statistique Canada 65-001-X, calculs de l’Office

Description : Le graphique ci-dessus illustre, par type de produit de base et en milliards de dollars, les recettes nettes tirées des exportations d’énergie (c’est-à-dire une fois soustraits les coûts liés aux importations), au moyen d’un diagramme à barres empilées, et les recettes brutes, à l’aide de points surplombant les barres pour la période de 2010 à 2014. En 2014, les recettes nettes ont totalisé un peu plus de 85 G$, et les principaux contributeurs ont été le pétrole brut et le bitume brut, qui ont compté pour environ 70 G$. Viennent ensuite le gaz naturel, l’électricité et les autres produits énergétiques, dont les recettes ont été respectivement d’environ 11 G$, 2,3 G$ et 2,3 G$. Pour ce qui est des produits pétroliers raffinés, la valeur des importations a surpassé celle des exportations de 0,45 G$ en 2014. On peut aussi voir que les recettes brutes ont pour leur part atteint 129 G$.

*Estimations

**Autres produits énergétiques inclus: charbon, produits à combustible solide (non classés ailleurs), bois de chauffage, vapeur et air et eau refroidi ou chauffé.


Même si le prix moyen du baril de West Texas Intermediate a reculé de presque 5 % en 2014 par rapport à 2013 et qu’il s’est établi à 93,26 $ US, l’accroissement de la production et des exportations, dans ce dernier cas en raison d’une plus grande capacité pipelinière vers les États-Unis, auquel s’est greffée une diminution des importations et des contrats de couverture, a été à l’origine d’un relèvement des recettes.

Le prix moyen du gaz naturel (au carrefour Henry) a atteint 4,37 $ US par MBTU en 2014, ce qui est considérablement supérieur à ce qu’il était en 2013 et à ce qu’il est jusqu’à maintenant en 2015. Les prix plus élevés au premier trimestre de 2014, attribuables aux froides températures dans l’Est du Canada et des États-Unis, ont favorisé le relèvement des recettes tirées des exportations de gaz naturel. De la même façon, les températures froides en 2014 ont aussi fait augmenter les prix de l’électricité, et malgré une régression de 6 % des exportations, les recettes ont dépassé de 20 % ce qu’elles étaient en 2013.

La figure ci-dessous montre que la situation connue en 2014 en ce qui concerne les revenus tirés des exportations risque de ne pas durer. Quand on compare le cumul annuel des recettes à ce jour en 2015 par rapport à la période correspondante de 2014, on voit un déclin de 39 %, principalement dans le sillage d’une chute de 43 % des recettes pour le pétrole brut et le bitume.


Source et description de la figure

Sources : Statistique Canada 65-001-X; calculs de l’Office

Description : Ce diagramme à barres empilées met en parallèle les recettes nettes tirées des exportations d’énergie pour les cinq premiers mois de 2014 et de 2015. En 2014, ces recettes totalisaient 39 G$ à la fin de mai alors qu’elles n’étaient plus que de 24 G$ au même moment en 2015. Ce sont les exportations de pétrole brut et de bitume qui sont principalement à l’origine de cette situation, mais les diminutions enregistrées jusqu’ici en 2015 par rapport à 2014 ont aussi touché le gaz naturel et les autres produits énergétiques. Cependant, les produits raffinés et l’électricité ont enregistré des hausses.

*Autres produits énergétiques inclus: charbon, produits à combustible solide (non classés ailleurs), bois de chauffage, vapeur et air et eau refroidi ou chauffé.


Le document intitulé Aperçu de la situation énergétique au Canada 2014 peut maintenant être consulté sur le site Web de l’Office. Une analyse contextuelle plus poussée des principaux courants qui ont laissé leur empreinte sur le secteur de l’énergie au Canada et ailleurs dans le monde en 2014 est présentée dans le document intitulé Dynamique du marché de l’énergie au Canada : Revue de 2014.

 

Date de modification :