Aperçu du marché : Programmes d’accès aux marchés d’Enbridge - Partie II : Capacité de la canalisation principale au Canada qui pourrait atteindre 2,89 millions de barils par jour d’ici 2018

Date de diffusion : 2015-04-21

Le coût total des projets de croissance planifiés ou déjà en construction d’Enbridge, pour elle même et pour ses sociétés affiliées, pourrait s’élever à 34 milliards de dollars (G$). Nombre de ces projets, schématisés ci-dessous, donneraient aux producteurs de pétrole canadiens un accès aux marchés encore meilleur.

Projets d’accès aux marchés d’Enbridge

Source et description de la figure

Source : Présentation d’Enbridge aux investisseurs en mars 2015

Description : Cette carte était incluse dans la présentation qu’Enbridge a faite aux investisseurs en mars 2015. Elle traite des agrandissements du réseau à faible coût et des possibilités de prolongement. On y précise, en sous-titre, que les agrandissements par étapes à faible coût sont attrayants lorsque les cours sont bas. Chacun des projets est numéroté, et la couleur renvoie aux boîtes de texte à gauche, où le volume prévu des agrandissements est indiqué en milliers de barils par jour (le vert signale des occasions d’accès à des marchés, l’orange montre des possibilités d’agrandissement à la sortie de Superior, au Wisconsin, tandis que le bleu illustre des possibilités d’agrandissement en amont de cette ville).

En plus des nombreux projets pipeliniers réalisés en 2014, Enbridge travaille activement à accroître la capacité de son réseau à partir d’Edmonton vers l’Est du Canada et la côte américaine du golfe du Mexique. Certains de ces projets sont décrits ci-après.

  • À partir d’Edmonton, le point d’origine de la canalisation principale d’Enbridge, la société prévoit acheminer davantage de brut lourd jusqu’à Hardisty, l’autre grand carrefour du secteur intermédiaire pour le pétrole brut en Alberta, avec la construction du pipeline Edmonton-Hardisty, d’une capacité de 800 kb/j (milliers de barils par jour), qui devrait être menée à terme en 2015.
  • En novembre 2014, Enbridge a présenté une demande à l’Office visant le remplacement de presque toute la canalisation 3 existante. Elle avait déjà entrepris de remplacer sept tronçons, construits dans les années 1960, avant d’étendre la portée du projet à la plus grande partie de la canalisation entre Hardisty et Gretna, au Manitoba. Ce projet permettrait à la société de profiter à nouveau d’une pleine utilisation de la canalisation, accroissant ainsi son débit de 370 kb/j à un coût estimatif de 4,9 G$.
  • Enbridge a cerné deux autres projets d’accroissement de la capacité (canalisations 2A/65 et 2B/4) [anglais seulement], d’environ 100 kb/j dans le premier cas et 120 kb/j dans le second. La société qualifie ces projets de « complémentaires [anglais seulement] » puisqu’ils serviraient surtout à greffer une infrastructure visant à délester la canalisation 2A, à augmenter la puissance de pompage de la canalisation 65 (qui sert au transport de brut léger sulfureux) et à rendre leur capacité d’origine aux canalisations 2B/4, qui fonctionnent actuellement sous le coup d’une restriction à cet égard.
  • C’est en août 2014 que la première étape du projet d’accès vers le sud a été réalisée, et afin d’accroître la capacité de transport de pétrole à partir de Superior, au Wisconsin, de nouveaux agrandissements de la canalisation 61 sont envisagés. La deuxième étape, qui devait faire passer cette capacité à 1 200 kb/j, a été divisée en deux parties. Enbridge prévoit ainsi faire passer cette capacité à 800 kb/j en 2015, la tranche restante pouvant être reportée jusqu’à la mise en service du pipeline Sandpiper.
  • Dans le contexte des volumes de pétrole brut canadien qu’Enbridge peut transporter, il faut nécessairement tenir compte de la quantité de produit que la société reçoit de U.S. Bakken. À l’heure actuelle, à partir de son réseau du Dakota du Nord, elle est en mesure de livrer quelque 145 kb/j de pétrole à celui de la Saskatchewan (en direction de sa canalisation principale), et 210 kb/j jusqu’à Clearbrook, au Minnesota, depuis la région de Bakken. Le projet Sandpiper, dont l’entrée en service est maintenant prévue en 2017, mènerait au doublement de la canalisation entre le Dakota du Nord et Clearbrook (pour un accroissement de la capacité de 225 kb/j) et permettrait un prolongement plus à l’ouest dans les régions productrices. Il ferait aussi en sorte d’augmenter à 375 kb/j la capacité de Clearbrook à Superior.

La capacité estimative d’Enbridge à Cromer, au Manitoba, a été établie par Muse Stancil [anglais seulment : Document A4E6G8] (dont la société a retenu les services dans le cadre du programme de remplacement de la canalisation 3) et pourrait se situer à 2 891 kb/j d’ici 2018 en supposant un facteur d’utilisation de 95 %. Cromer est le point de référence qui a été choisi puisque c’est à cet endroit que le réseau de la Saskatchewan d’Enbridge rejoint sa canalisation principale et qu’il s’agit du dernier point de réception sur celle-ci.

 

Date de modification :