Le mercredi 28 août, l’Office national de l’énergie est devenu la Régie de l’énergie du Canada. Pour de plus amples renseignements, consultez la page d’information sur la mise en œuvre de la Loi sur la Régie canadienne de l’énergie

Portefeuille d’électricité plus vert et croissance continue de la production de pétrole comme de gaz attendue selon les nouvelles perspectives énergétiques à long terme pour le Canada

Communiqué
Pour publication immédiate

Le 31 octobre 2018 – Toronto (Ontario)– Office national de l’énergie

À l’occasion d’une allocution donnée aujourd’hui à la chambre de commerce de la région de Toronto, Peter Watson, président et premier dirigeant de l’Office national de l’énergie a annoncé la parution du rapport Avenir énergétique du Canada en 2018 – Offre et demande énergétiques à l’horizon 2040.

Selon le plus récent rapport de l’Office sur les perspectives énergétiques, la production d’électricité au moyen de ressources renouvelables croîtra de façon appréciable et continuera de jouer un rôle de taille dans le bouquet électrique canadien au cours des 20 prochaines années. On ajoute dans ce rapport qu’en dépit des écarts importants qui affectent le pétrole brut canadien, sa production et celle de gaz naturel continueront de prendre de l’ampleur pendant la période de projection.

Le rapport phare de l’Office pour l’information sur l’énergie traite de diverses possibilités qui pourraient s’offrir aux Canadiens à long terme. Les analystes de l’organisme se fondent à cette fin sur des modèles économiques et de production d’énergie qui permettent de faire des projections à partir de différentes hypothèses tenant compte des tendances passées ou plus récentes.

Une plus grande efficacité énergétique permettra aux Canadiens de moins consommer d’énergie, même alors que l’économie poursuivra sa croissance. Le scénario de référence entrevoit le recours au pays à des sources de production d’énergie plus sobres en carbone, le gaz naturel devant prendre le pas sur le charbon et les produits pétroliers.

L’hydroélectricité, les ressources renouvelables et le gaz naturel constitueront le fer de lance d’une production d’électricité accrue au pays, tandis que le charbon et le nucléaire connaîtront un recul. Les ressources renouvelables joueront d’ailleurs un rôle de premier plan dans le bouquet énergétique canadien alors que, pendant la période de projection, la capacité éolienne doublera et celle des parcs solaires triplera presque.

Dans ses perspectives, l’Office entrevoit une hausse de 58 % de la production de pétrole brut et de 33 % de celle de gaz naturel d’ici 20 ans selon le scénario de référence. Des améliorations technologiques comprimant les émissions feront que cette production demeurera concurrentielle dans un milieu en pleine évolution.

Les marchés de l’énergie, les politiques et les tendances technologiques continueront d’avoir de profondes répercussions sur l’avenir énergétique du Canada.

Le rapport établit des comparaisons à partir de son scénario de référence, lequel s’appuie sur les perspectives économiques actuelles, une vision modérée des prix de l’énergie et des politiques énergétiques ou climatiques semblables à celles déjà annoncées au moment de l’analyse. Le scénario des avancées technologiques, lui, se penche sur ce que l’avenir énergétique pourrait réserver aux Canadiens en cas d’adoption de visées plus ambitieuses au chapitre de la politique climatique, de nouvelles technologies et d’autres innovations. Le rapport comprend également des scénarios selon des prix élevés et des prix bas afin de tenir compte de telles fluctuations.

Seule perspective à long terme de l’offre et de la demande d’énergie mise à la disposition du grand public qui traite de tous les produits de base, dans toutes les provinces et tous les territoires, la série de documents de l’Office sur l’avenir énergétique du Canada offre un solide point de départ aux Canadiens soucieux d’échanger sur cette question.

Faits saillants du rapport

  • Dans le scénario de référence, la croissance de la demande d’énergie au Canada ralentit pendant que les sources de production deviennent de plus en plus sobres en carbone.
  • Selon un scénario qui prévoit une adoption plus généralisée de nouvelles technologies dans le secteur de l’énergie, les Canadiens en consomment 15 % de moins au total et réduisent leur consommation de combustibles fossiles de 30 % d’ici 2040.
  • La consommation d’énergie et la croissance économique continuent de se dissocier alors que cette dernière progresse relativement plus rapidement que la première.
  • Le bouquet énergétique canadien continue pour sa part de se diversifier et les ressources renouvelables prennent une place encore plus importante alors que les émissions actuelles de l’électricité sont déjà faibles.
  • Le scénario de référence fait état d’un accroissement de la production pétrolière et gazière au Canada. Les prix et les tendances technologiques constitueront les principaux facteurs d’influence de la production future.
  • Ce sont les sables bitumineux qui agissent comme locomotive de la production de pétrole brut, laquelle passe pour ce secteur de 2,8 Mb/j en 2017 à 4,5 Mb/j en 2040.
  • La production de gaz naturel dans le scénario de référence atteint 20,9 Gpi³/j en 2040. Cela découle d’une hausse graduelle des prix et des investissements associés aux exportations de GNL.
  • Toujours selon le scénario de référence, la production canadienne totale d’électricité augmente de plus de 78 TWh entre 2017 et 2040, soit d’environ 12 %.
  • D’ici 2040, la part de la production d’électricité sans émissions atteindra presque 84 % d’après le scénario de référence et 90 % selon celui des avancées technologiques, comparativement à environ 80 % actuellement.
  • Ainsi, par dollar de PIB en 2040, l’énergie occupe une place de presque 30 % plus restreinte à celle occupée aujourd’hui et la consommation par personne recule d’un peu moins de 15 %.

Citations

« Le rythme croissant des changements sur les marchés énergétiques et dans les politiques climatiques indique que le besoin d’analyses à jour sur l’énergie est plus grand que jamais. »
– Peter Watson, président et premier dirigeant de lʼOffice national de l’énergie

« L’avenir énergétique du Canada dépendra de la faculté du pays à demeurer concurrentiel sur la scène mondiale et la clé pour ce faire est l’innovation technologique. »
– Jean-Denis Charlebois, économiste en chef de l’Office national de l’énergie

Liens connexes

L’Office national de l’énergie est un organisme fédéral indépendant qui réglemente plusieurs aspects du secteur énergétique au Canada. Il réglemente les pipelines, la mise en valeur des ressources énergétiques et le commerce de l’énergie, dans l’intérêt public canadien en plaçant la sécurité au coeur de ses préoccupations. Pour un complément d’information sur l’Office et son mandat, consultez le site Web de l’Office national de l’énergie.

– 30 –

Personnes-ressources

Karen Ryhorchuk
Agente de communications

Régie de l'énergie du Canada
Courriel : karen.ryhorchuk@cer-rec.gc.ca
Téléphone : 403-671-9756
Téléphone : 403-292-4800
Téléphone (sans frais) : 1-800-899-1265
Télécopieur : 403-292-5503
Télécopieur (sans frais) : 1-877-288-8803

Date de modification :